[./accueilpag.html]
[./biographiepag.html]
[./discographiepag.html]
[./agenda_francaispag.html]
[./galleriepag.html]
Anne Postic
[./stages_datespag.html]
[http://www.antourtan.org/radio/kerne/txt/hentou/2006-07-15.html]
[http://www.agencebretagnepresse.com/fetch.php?id=4001]
[http://www.ouest-france.fr/dossiers/cornouaille2003_detail.asp?IdArt=83734&IdThe=&IdCla=4327&NomCla=Jeudi+24+juillet&PageCour=1&PageTot=1]
[http://www.festival-cornouaille.com/2003/direct/2003-07-22/11/article.asp]
[http://www.festival-cornouaille.com/2003/direct/2003-07-23/10/article.asp]
[http://real.antourtan.org:8080/ramgen/fc/2005/direct/2005-07-22/videos/trophee.smi]
[http://www.festival-cornouaille.com/2002/direct_fr.asp]
[http://www.antourtan.org/actualite/2006-03/articles/02/article.asp]
[http://www.antourtan.org/actu/lirzhin-ys.asp]
[http://www.festival-cornouaille.com/2004/direct_fr.asp]
[http://www.festival-cornouaille.com/2004/direct_fr.asp]
[http://www.harpseasons.com/]
[./interviewtambourpag.html]
[./interviewbreizhharppag.html]
[./interviewmbpag.html]
[http://www.folkworld.de/33/e/cds1.html#harp]
[http://www.harpseasons.com/]
[http://www.antourtan.org]
[http://www.carmelitesdesaintjoseph.com/accueil/annepostic.html]
[http://tf1.lci.fr/infos/jt/0,,3411861,00-engouement-pour-harpe-celtique-.html]
[http://www.harpblog.info/le_harp/2009/05/carte-blanche.html#more]
Extraits de presse Des vidéos d’Anne sont disponibles sur le site d’An Tour Tan ! N’hésitez pas à aller visionner la Skinwell-Web n°65 : “Anne Postic, la harpe vivante (An Delenn Vev)” ! Retrouvez le reportage consacré à la passion d’Anne par TF1 en mars 2007. Carte blanche à Anne Postic “Jouer et Partager... Les stagiaires sont venus nombreux découvrir ou redécouvrir le principe des Ateliers à l’Espace Camac : un(e) artiste invité(e) vient offrir son temps, sa musique, son savoir, une journée entière, et nos portes s’ouvrent aux harpistes de 10 heures à 17 heures, avant d’offrir la scène à notre invité(e) pour un concert « Carte Blanche ». Une pincée d’Armorique, un soupçon d’Ecosse, un sourire communicatif … Anne Postic nous a invités à partager, écouter et apprendre les musiques celtes. Avant de poser les doigts sur les cordes d’un éventail de harpes celtiques, Anne a initié les participants à la Gavotte bretonne ; 1-2-3, 1-2-3 … La musique celte, ça se danse ! et quand on ressent les pas, les temps forts, l’énergie de ces danses, c’est tellement plus facile à comprendre, donc à jouer ! La journée a passé très vite, entre les explications sur les origines des pièces, et le collectage des musiques traditionnelles ; l’apprentissage de 2 pièces par imitation, sans support écrit (ce dont nous n’avons pas forcément l’habitude) mais en observant le jeu de Anne, la compréhension des formes, l’initiation à l’improvisation… Après une petite pause, il faut bien se remettre de nos émotions, parler de ce que nous venons de partager, souffler un peu, nous avons retrouvé Anne et son Aziliz sur la scène de l’Espace Camac. Quel plaisir d’entendre la harpe vivante sous les doigts de l’interprète : suites du pays Vannetais, valses écossaises, ronds de Saint-Vincent, entrecoupés de précisions géographiques, d’anecdotes historiques, illustrés de légendes écossaises …. Une suite de reels pour clôturer ce voyage. La musique celte est vivante et dansante, il faut voir Anne jouer, et la voir littéralement danser sa musique ! Et nous offrir un dernier cadeau : son propre arrangement d’un standard de Duke Ellington : « Don’t get aroun’ much anymore » Epoustouflant ! L’Espace Camac s’est lentement vidé de ses visiteurs qui n’avaient qu’une interrogation : « C’est quand, la prochaine fois ? ». Harpblog, mai 2009 CONCERTI SCALIGERI. UNA FOLTA PRESENZA DI PUBBLICO AL FORTE GISELLA DI SANTA LUCIA Anne Postic, la sensualità di un’arpa incantevole Parte bene la breve rassegna dei "Concerti scaligeri", con una presenza di spettatori superiore alle attese. Tutti occupati i posti a sedere del Forte Gisella a Santa Lucia - scenario davvero splendido e dall’ottima acustica - per il concerto della giovane arpista bretone Anne Postic che con il suo repertorio delicato, esclusivamente strumentale (e apparentemente a rischio - invece del tutto evitato - di tedio) ha finito per incantare la platea. Come sta scritto sulle note di copertina del suo disco di debutto An delenn vev, il viaggio nel mondo celtico condotto dalla Postic lungo una serie di arie da danza ("gavottes", "plinn", "laridès" e i famosi "an dro" tipici della regione bretone, resi famosi dal bardo Alan Stivell) è davvero una sorta di fresca «cascata nell’anima» di questo mondo, dove le note «scorrono come l’acqua», limpida e cristallina, penetrando nelle diverse aree di un paese sfaccettato nella sua magica tradizione culturale. Nell’evocativa poetica di Anne, leggiadr a nel suo abito bianco e nel suo rapporto quasi sensuale con l’arpa (a volte dava la sensazione di accarezzarne corde e struttura come si fa con un essere vivente; a volte, nelle arie più lente, sembrava intenta a tessere con pazienza una sottile tela melodica) prevale un messaggio di aperta serenità, anche se gran parte dei brani (tutti tradizionali riarrangiati da lei, eccezion fatta per una suite scottish scelta come bis, di matrice recente) raccontano del Lamento di Saint-Alexis oppure storie di amori impossibili, perduti, inseguiti e lontani. È musica, quella della «arpa viva» di Anne Postic, che ci fa riacquistare e degustare il senso della distanza, del silenzio, del peso del pensiero, della potenza di uno scenario della natura capace di ammutolire. Preziosissima panacea, in questi tempi di volgarità e urla. Beppe Montresor, L’Arena - Il Giornale di Verona, 27 juillet 2008 Anne Postic, fascino celtico stasera a Solto Collina Anne Postic regala emozioni con semplicità e pudore. La giovane arpista francese, protagonista di un affollato concerto nel chiostro benedettino di Abbazia di Albino, replica stasera il suo concerto nel palazzo restaurato di Solto Collina per la rassegna “Andar per musica” della Provincia di Bergamo. La musica celtica - e le derivate bretoni, scozzesi, irlandesi - ha origini nobili e antiche, risale ai bardi del Medioevo. Nelle cerimonie dei druidi, questi poeti elaborarono un’arte raffinata, basata su testi e metri spesso complessi, supportati dall’arpa (e dalla crotta, coevo strumento ad arco). La Scozia conservo questo repertorio ha un aggancio solo parziale con tali fonti antiche. Anne Postic, sola con la sua arpa, padroneggiata con sicurezza, ha dimostrato che le fonti delle sue musiche attingono si a storie e leggende più o meno remote, ma che il linguaggio è moderno: volentieri, come lei stessa dice nel suo garbato francese, allude a danze popolari e invita a battere il tempo. Il lessico è moderno, composto da frasi precise e definite, magari con retrogusti malinconici, ma sempre chiare. La reiterazione crea l’incanto, reso ancor più vago da alcune piccole varianti, che scongiurano ogni monotonia. In più Anne Postic, che non per caso ha una formazione classica, non si scorda di ascendenze colte adeguatamente selezionate, come le atmosfere di certo impressionismo, e di Debussy in particolare, anche se ballate o nenie che escono dalle sue dita non si allontanano mai troppo dalla rassicurante sicurezza del sistema tonale. Il resto lo fa la cornice, il bellissimo teatro en-plein-air a fianco della chiesa, le arcate dell’abbazia, una ben dosata amplificazione e luci per metter in vista per i tanti spettatori l’abilità della solista. B.Z., L’Eco di Bergamo, 24 juillet 2008 24 luglio 2008 - “Il Palazzo” di Solto Collina (Bergamo) caratterizzato da un’incantevole vista sul lago d’Iseo, farà da sfondo al talento della giovane Anne Postic, “l’arpa vivente”. Il prossimo luglio in una cornice esclusiva e dai sapori antichi si terrà il concerto di una delle più apprezzate virtuose dell’arpa celtica che puo vantare riconoscimenti di critica e pubblico in tutta Europa e che delizierà i presenti con musiche celtiche che dalla Bretagne spazieranno nelle tonalità delle armonie irlandesi e scozzesi. Anne Postic : An Delenn Vev / La Harpe Vivante Voici 17 ans qu’Anne Postic et la harpe celtique se sont rencontrées : heureuse rencontre, à en juger ce premier disque d’Anne ! Comme un oiseau virevoltant, les doigts d’Anne volent sur les cordes de sa harpe et nous font vibrer… oui, la harpe d’Anne Postic est bien vivante ! Vivante, elle l’est d’abord dans son accroche : loin des sons un peu aériens ou éthérés, Anne Postic revisite les terres celtes, de l’Irlande à l’Ecosse et bien sûr la Bretagne, et nous en fait sentir l’humus, la vitalité, le dynamisme, flirtant parfois avec des sonorités un peu jazzy. Sa harpe rythme le pas des danseurs et nous nous prenons au jeu : difficile en effet, en l’écoutant, de rester assis sur sa chaise car les pieds nous démangent et les mains se prennent à battre la mesure. Rythmés, enlevés, pétillants, mais aussi parfois graves et nostalgiques, les morceaux s’enchaînent en nous racontant leurs histoires : histoires d’amour impossible, histoires de peuples, histoires de danses (laridés, scottish, jigs, ronds de saint vincent) qui racontent les humeurs, les jours, les fêtes de ces terres celtes. La harpe d’Anne ne s’envole pas dans les airs, elle s’accroche à la terre, elle roule avec la mer, elle court le dans les ruisseaux et nous laisse pleins de joie et de vie ! Voici donc un CD à ne pas manquer pour qui veut se laisser entraîner à un beau voyage, un voyage heureux. Et si jamais Anne passe en concert près de chez vous, courez-y ! Adeline Marc, Carmélite St Joseph, http://www.carmelitesdesaintjoseph.com/accueil/annepostic.html Symposium Européen de la Harpe, Cardiff, 23/27 juillet 2007 (...) Le répertoire celtique a eu lui aussi sa part du gâteau, et quelle part ! La “Celtic Connection” du mercredi 25 juillet, a regroupé sur la scène du Weston Studio du Wales Millenium Centre, quatre des plus grands noms de la harpe celtique, quatre artistes nourries au biberon de la tradition celte : Catriona McKay (Ecosse), Gwenan Gibbard (Pays de Galles), Maire Ni Cathasaigh (Irlande) et Anne Postic (Bretagne). Si les personnalités et les sensibilités sont différentes, elles ont sans conteste la virtuosité et la passion en commun. Et le sourire ! Harp Seasons, Automne 2007 Nel chiostro l’arpa bretone di Anne Postic (...) La giovane arpista bretone (1983) è una delle più apprezzate virtuose dell’arpa celtica nel panorama della musica tradizionale bretone (...) Giornale di Brescia, 6 septembre 2007 Plus d’une cinquantaine de personnes ont pu apprécier les réels talents d’Anne Postic à la harpe celtique. Durant plus d’une heure, la jeune femme, concertiste mais aussi enseignante en harpe celtique, a distillé un riche répertoire de musiques irlandaise, écossaise et bretonne, une douzaine de morceaux extraits de son premier album An Delenn Vev, sorti en juin 2006. Ouest-France, 3 septembre 2007 Voyage celtique avec Anne Postic et sa harpe Jeudi soir, la chapelle de Locunduff accueillait la jeune harpiste Anne Postic. (...) Pour Anne, un concert à la chapelle de Locunduff revêt le caractère particulier d’un véritable retour aux sources. Tourc’h est en effet le berceau de sa famille paternelle, au coeur d’un pays de l’Aven, cher à son coeur, dont elle est l’une des seules à avoir adapté le répertoire à la harpe celtique. (...) C’est à un voyage celtique que conviait Anne Postic à travers Bretagne, Irlande et Ecosse. une Musique aérienne et ardente qui illustre les vieilles légendes et la vie. Après un laridé gavotte de Pontivy, elles raconte des histoires d’amours perdues, le choix d’un mari, toutes ces histoires qu’elle fait valoir par une interprétation dynamique et moderne de la harpe celtique. Le Télégramme, 11 août 2007 Anne Postic fait l’unanimité Quatrième jounée à Caernarfon. (...) Anne Postic fait l’unanimité avec sa harpe. Les hôtes gallois sont tous sous le charme. “Splendide”, s’enthousiasme Helen Gwyn, la présidente du comité gallois. (...) La harpiste Anne Postic a beaucoup aimé son séjour au Pays de Galles. La jeune femme est restée quelques jours supplémentaires sur place. Elle participait en effet au symposium européen de la harpe à Cardiff. (...) Vous avez visiblement apprécié votre séjour gallois. On vous a vu beaucoup participer. Ce qui me frappe le plus, c’est l’accueil. Les Gallois sont des gens très chaleureux qui nous accueillent les bras ouverts. On a passé plein de bons moments ensemble. C’est un échange très riche. On a réussi à se faire des amis. Par exemple, on a passé un après-midi à faire de la musique chez les personnes qui nous hébergeaient. Ce sont des moments uniques qui valent vraiment le déplacement. Comment percevez vous le fait qu’ici, à Caernarfon, tout le monde parle gallois ? Nous sommes dans la région où il y a le plus fort taux de locuteurs. Le gallois est la première langue. il est employé dans les discours, dans les commerces, etc. C’est frappant. Moi-même, je suis très fière de ma culture et de mon identité bretonnes, de les faire connaître et partager, notamment avec les Gallois qui eux aussi ont une culture très riche. Je comprends le breton. Comme il y a des similitudes avec le gallois, je capte des mots par ci par là. A partir de septembre, vous enseignerez à l’école de musique de Landerneau. Oui, d’ailleurs j’espère pouvoir mettre en place un échange entre la classe de Caernarfon et celle de Landerneau. Les Bretons et les Gallois n’ont pas forcément le même jeu à la harpe. C’est intéressant de voir ce que l’un peut apporter à l’autre. Propos recueillis par Catherine Jaouen, Ouest-France, 10 août 2007 Anne Postic et sa harpe ont enchanté le public Anne Postic, la jeune et talentueuse harpiste aux doigts de fée, a largement justifié sa réputation, vendredi soir, à l’église paroissiale, et a littéralement conquis un public enchanté, estimé à près d’une centaine de personnes. Ouest-France, 7 août 2007 Anne Postic et sa harpe : un voyage celtique passionnant Les mélomanes ont été littéralement sous le charme de la jeune harpiste Anne Postic, à l’affiche des Vendredis musicaux de l’office de tourisme. Dans l’église paroissiale où s’est tenu le récital sublime plus de 80 personnes ont applaudi le talent de cette jeune musicienne qui les a entraînés de Bretagne en Ecosse en passant par l’Irlande. Un périple celte au rythme de ses doigts glissant sur les cordes de sa harpe avec aisance et volupté. Un véritable enchantement. (...) Alors que les vitraux ont laissé pénétrer les derniers rayons du soleil pour illuminer l’église, le public a fini de s’installer, porté par un andro de Pontivy. une manière presque naturelle pour Anne Postic de saluer l’assistance, les notes jaillissant de sa harpe avec un bonheur palpable. Dans le choeur tout en lumière, de blanc vêtue, elle a proposé son voyage celte. La Bretagne et sa musique traditionnelle ont résonné, ace même la gavotte de l’Aven que l’artiste de la pointe des pieds a dansée. La soliste par petits sauts musicaux et harmonieux a dévoilé l’Ecosse puis l’Irlande. Faisant chanter les notes, elle a livré des histoires d’amour “heureusement pas toujours tristes”. (...) Navigant entre mélancolie et rythmes cadencés, l’artiste a brillé, laissant les spectateurs sans voix. Dans les rangs, seuls les pieds battant la mesure se sont discrètement exprimés, il est vrai qu’entre gigues irlandaises, valses écossaises et ronds de Saint-Vincent, l’invitation à la danse a été tentante. Au terme d’un périple musical de toute beauté le public a laissé éclater sa joie par des salves d’applaudissements. En quittant les lieux, l’écho a été unanime : “Un pur ravissement”. Le Télégramme, 5 août 2007 Anne Postic et sa harpe aux Vendredis musicaux Les Vendredis musicaux de l'office de tourisme mettront, cette semaine, la harpe en lumière, en l'église paroissiale. Avec un parcours déjà jalonné de hautes récompenses en la matière, la jeune Anne Postic fera vibrer les cordes de cet instrument plus celtique que jamais entre ses doigts. Un moment de magie et de charme à ne pas rater demain, à 21h. (…) De retour d'un concert au pays de Galles où, dans le cadre prestigieux du Millenium Center de Cardiff, elle a été invitée à représenter la Bretagne, Anne Postic sera, demain, à Bannalec pour dévoiler son CD, dont les éloges sont unanimes. A 23 ans, la jeune harpiste anime des stages et se produit régulièrement en dehors de Bretagne et même de l'hexagone. Malgré un été copieusement chargé par des tournées qui la conduiront en septembre en Italie, la Mellacoise a bien voulu faire une halte dans la commune. Avec " An Delenn Vev, la harpe vivante ", les spectateurs pourront se délecter de musiques traditionnelles bretonnes, irlandaises et écossaises, dans une approche résolument dynamique. Un évènement musical à ne pas manquer. Le Télégramme, 2 août 2007. Concert au Festival Kann Al Loar, première partie de I Muvrini Hommage d’Anne Postic à Kristen Noguès Ce soir, la harpiste Anne Postic, 23 ans, interprétera, en solo, mélodies et danses traditionnelles d’Ecosse, d’Irlande, de Bretagne. un programme auquel elle ajoutera une oeuvre en hommage à Kristen Noguès, harpiste majeure, décédée la semaine dernière. La jeune musicienne l’a longuement écoutée, sur disques ou en concert. “Elle m’a beaucoup influencée, dit-elle. Elle a amené l’instrument dans des musiques où on ne l’attendait pas forcément, comme le jazz ou la musique contemporaine. Elle a sorti la harpe de son répertoire habituel. Le meilleur hommage qu’on puisse lui rendre, c’est de faire vivre ce qu’elle a créé.” Landernéenne depuis un an, Anne Postic a commencé la harpe à l’âge de 7 ans. (...) elle joue des airs traditionnels. “Le traditionnel, c’est ce que je ressens le plus comme ma musique, mes racines.” Elle a sorti un disque solo, baptisé An Delenn Vev (“La harpe vivante”). Ouest-France, 11 juillet 2007 "Anne Postic "An Delenn Vev" French Harper Alan Stivell put Breton harp music on the map with his "Renaissance de La Harpe Celtique" album in the 1970s. But it didn't stop there. Anne Postic is one of the young harpers and tradition-bearers. Just in her mid twenties, she plays a lively harp. Traditional Breton dance tunes and airs, some have been rarely played on the harp ever before, some tunes from Scotland and Ireland. The booklet is in Breton, French and English, thus enabling even us to get some understanding beyond the musical experience." FolkWorld n°33, Mai 2007 “AN DELENN VEV” - Anne Postic Un CD à savourer comme une coupe de champagne… de champagne celte ! Une larme d’Irlande, deux doigts d’Ecosse, trois gorgées de Bretagne.. Un disque pétillant et léger, riche et profond, aérien et terrien, qui fleure bon les embruns et l’ajonc, les vieilles légendes et la vraie vie. Le temps d’une gavotte ou d’une jigg, un soldat part à la guerre, une jeune fille hésite sur le choix d’un mari, des amoureux se perdent… Anne Postic, jeune harpiste bretonne récemment récompensée au 1er Concours International de Harpe Celtique Jakez François, nous invite à partager quinze ans d’écoute et d’apprentissage, quinze ans de rencontres et d’échanges en pays celtes, quinze ans de poésie et de magie. Yec'hed mat ! Harp Seasons, Printemps/Ete 2007 Vingt-trois ans et déjà seize ans de pratique pour cette jeune bretonne passionnée par la harpe celtique. La particularité de Anne Postic est de montrer l'aspect plus terrien de cet instrument souvent connu pour son côté aérien. Répertoire de Bretagne, d'Ecosse ou d'Irlande sont interprétés avec un jeu et une frappe des plus dynamiques et s'il vous vient l'envie de danser, ne vous étonnez pas. Keltia, Décembre 2006 Anne Postic : le retour d'une jeune harpiste Landernéenne de naissance, Anne Postic, jeune harpiste de 23 ans, est revenue s'installer dans la commune en juillet dernier. Avec, dans ses cartons, "An Delenn Vev" (La harpe vivante), son premier CD, sorti il y a six mois. Après avoir vécu ses premières années à Commana, c'est à Douarnenez, à l'âge de sept ans, que la demoiselle débute la harpe celtique. Pour qui, pour quoi ? Elle même l'ignore. En tout cas, elle accroche et nourrit rapidement une véritable passion pour les répertoires traditionnels bretons, irlandais et écossais. Elle entre ensuite au conservatoire de Lorient vers neuf ans, avant d'aller étudier à Quimper avec Dominig Bouchaud. Plusieurs distinctions Il y a trois ans, elle obtient un Diplôme d'études musicales (Dem) en musiques traditionnelles. Arrive au même moment le temps des concours : 1er prix au Kan-ar-Bobl à Pontivy en 1999, 1er prix à l'unanimité au concours international de l'Ufam (Union des femmes artistes musiciennes) à Paris. Mais la distinction dont Anne Postic est la plus fière est ce 2è prix obtenu en 2004, à Nantes, au concours international de harpe celtique "Jakez François". Et les études dans tout cela ? Loin de les délaisser, Anne Postic les poursuit encore aujourd'hui. "Je suis consciente que la musique n'est pas un travail facile. Pour en vivre, il faut réussir à cumuler les dates, ce qui n'est pas évident", reconnaît-elle. Beaucoup de danses Etudiante en anglais, Anne est aujourd'hui inscrite à l'université de Caen, où elle prépare un master d'études anglo-irlandaises par correspondance. "Ca me plaît et l'anglais est une langue qui me sert lors de mes déplacements à l'étranger", explique-t-elle. Des études qu'elle doit concilier avec les cours particuliers qu'elle donne essentiellement à Quimper, les stages qu'elle anime ou encore les concerts qu'elle propose. Mais pourquoi un disque ? "Ca me trottait dans la tête depuis quelques temps. Le disque peut apporter des dates et de la reconnaissance", assure la jeune femme qui décide de prendre une année sabatique pour préparer l'album. Ce dernier sera enregistré en trois jours, en mars 2006, au théâtre Max-Jacob de Quimper. Ingénieur du théâtre, Fabien Le Gallou sera derrière les manettes. Autoproduit et distribué par Coop Breizh, "An Delenn Vev" est sorti en juin dernier. Disque instrumental de harpe solo, on y trouve quelques mélodies mais surtout beaucoup de danses : un laridé gavotte ou des ronds de Saint -Vincent pour le répertoire breton, et aussi des suites de jigs et de reels écossais ou irlandais. "Je voulais quelque chose d'original et de novateur. Ce sont donc des morceaux traditionnels que j'ai spécialement arrangés pour le harpe", conclut la harpiste. Le Télégramme, 29 décembre 2006 Avec Anne Postic, la harpe trad' a le sourire La harpiste aux origines mellacoises présente actuellement son premier album. Du traditionnel qui a de l'avenir dans les doigts. "L'envie d'aller un peu plus vers la composition ? Mais pourquoi pas ?" répond dans un beau sourire la jeune harpiste. Voici Anne Postic, "tombée" dans le tonneau de la harpe celtique traditionnelle à l'âge de sept ans. Une passionnée de l'instrument qui ne se souvient plus bien comment cette passion est née. Naturellement sans doute. "Je ne sais plus, c'est venu comme ça..." Anne vient de réaliser cette année son tout premier album An Delenn Vev (en français "La Harpe vivante". Douze titres traditionnels pour harpiste solo, puisés au coeur des racines celtes. Entendons par là un voyage musical qui oscille autant du côté de sa Bretagne natale (des origines mellacoises) en passant par l'Ecosse ou l'Irlande. Du "trad'" certes, mais savamment arrangé par une harpiste qui en pince vraiment pour le genre et l'instrument. La jeune harpiste, (seize années de pratique au bout des doigts), a été à l'école de Douarnenez, puis aux conservatoires de Lorient et Quimper. Elle enseigne désormais la harpe et est aussi concertiste en solo ou en groupe, et multiplie les stages et performances. "Il y a aujourd'hui un vrai engouement pour la harpe traditionnelle. Les enfants s'y mettent de plus en plus, c'est encourageant." Envie de réaliser un nouveau disque ? "Oui, toujours dans le registre de la musique traditionnelle. Mais je ne suis pas du tout contre le fait de jouer avec d'autres musiciens. Du violoncelle par exemple avec le concours de ma propre soeur. Ce sera l'idée d'un concert cet été". D'autres instruments en vue ? "Non, j'ai testé la harpe classique... Et je suis resté sur mon choix initial". Le bon, assurément. Ouest-France, 29 décembre 2006 Anne Postic a égayé le Noël de Penn-da-Benn La série des dédicaces de Noël de la librairie Penn-da-Benn s'est poursuivie, samedi matin, avec la présence de la jeune harpiste mellacoise, Anne Postic. Venue avec son bel instrument, la musicienne a donné une petite ambiance festive et celtique au lieu. Un nouvel album A cette occasion, Anne Postic a aussi pu s'adonner à une séance de dédicaces de son premier album, "An Delenn Vev" (la harpe vivante). Constitué de douze morceaux de musiques traditionnelles (écossaise, bretonne et irlandaise), il consacre la diversité de la musique celtique à travers des airs spécialement arrangés par la jeune harpiste. A 23 ans, Anne Postic compte déjà seize années d'affinité avec cet instrument qu'elle a l'occasion d'enseigner, en Bretagne mais aussi en région parisienne lors de stages spécifiques. L'été prochain, elle aura l'occasion de donner plusieurs concerts dans la région, donnant lieu à quelques innovations, notamment un duo avec sa soeur, violoncelliste. Le Télégramme, 26 décembre 2006 La "harpe vivante" d'Anne Postic A 23 ans, Anne Postic a plus d'une corde à sa harpe. La musicienne, qui a sorti un disque solo, souhaite définitivement débarrasser l'instrument de certains a priori. La harpe, un instrument permettant de "faire de jolies petites mélodies dans les églises" ? Un objet "romantique" manipulé par "des fées aux longs cheveux et portant de longues robes" ? Ces a priori, Anne Postic, 23 ans, souhaite les balayer. "Une génération de harpistes veut faire bouger les choses." Avec un mot d'ordre : la harpe peut faire danser. "Cela est relativement nouveau." La musicienne rappelle les apports d'Alan Stivell, qui a fait danser, à l'aide de sa harpe, "un public très large. Il jouait de la harpe électrique. C'était assez fort." Anne Postic note, aujourd'hui, "un engouement pour la musique bretonne jouée à la harpe." Elle se félicite du dynamisme de "jeunes harpistes" et note que cet instrument a fait son apparition dans les festoù-noz. La harpe donne de la voix dans des groupes, à l'image de Dremmwel. Anne Postic entend donner à l'instrument, qu'elle pratique depuis l'âge de 7 ans, "une image plus dynamique et moderne". Elle a baptisé son premier CD solo An Delenn Vev, "la harpe vivante" (Coop Breizh). "Sortir un son" Anne Postic tord aussi le cou à un autre a priori selon lequel la harpe celtique est uniquement un instrument permettant aux débutants de faire leurs gammes avant de s'attaquer à la harpe classique. "La harpe celtique est un instrument à part entière, jouée à tout niveau et dont on peut faire un métier", précise Anne Postic, née à Landerneau et installée en ville depuis juillet. Des harpes celtiques, la jeune femme en possède trois. Une Mélusine, acquise vers 11 ou 12 ans et dont elle n'a jamais pu se séparer. Après plusieurs essais, elle a ensuite acheté une Aziliz, "un très bon instrument de concert. Je savais assez précisément ce que je recherchais : un son plus rond, un peu plus mat." Donc différent de la sonorité plutôt "brillante, cristalline" de la Mélusine. Et "plus facilement transportable" aussi : l'Aziliz pèse moins de dix kilos, cinq de moins environ que la première harpe. Anne Postic possède un troisième instrument, à cordes métalliques, fabriqué par un luthier. La copie d'une harpe irlandaise du Moyen-Age, conservée dans un musée de Dublin. Titulaire d'un Diplôme d'études musicales de musique traditionnelle, la jeune artiste, à son tour, enseigne. Parmi ses élèves, des adultes, dont quelques-uns réalisent "un rêve d'enfant". Et des enfants, âgés de 7 ou 8 ans. un objectif est de "cultiver leur rapport à l'instrument". Pendant le premier cours, "certains enfants n'osent pas. D'autres sont tout de suite très à l'aise et veulent sortir des sons." Tous ne remarquent pas non plus la même chose. Le premier regard des enfants porte souvent sur les "petits mécanismes", tels les leviers, et aussi les cordes, les couleurs. Puis la professeur essaie de "les mener un peu plus loin. Leur montrer comment ça marche, comment sortir un son." Et, dès le deuxième cours, leur apprendre des morceaux. Les plonger "dans la musique et la réalisation de quelque chose." Mathieu Hautemulle, Ouest-France, 22 décembre 2006 En un peu moins de 50 minutes, la jeune Landernéenne Anne Postic réussit le prodige de happer et d'enchanter l'auditeur grâce au son de sa harpe. Ses doigts, agiles sur les cordes, invitent à (re)découvrir des morceaux traditionnels issus de Bretagne, d'Irlande ou encore d'Écosse : les trois pays chers à son cœur. Au milieu de ce répertoire s'est même glissée une scottish composée par sa sœur Marie au violoncelle. Un premier album qui ravira les amateurs ! Le Tambour, Décembre 2006 / Janvier 2007 Interview d’Anne Postic Lire l’interview ici Le Tambour, Décembre 2006 / Janvier 2007 Angèle Jacq enchante petits et grands. Angèle Jacq et Anne Postic ont fait rêver le public de la médiathèque. Dans le cadre du festival du conte "Grande Marée", jeudi dernier à la médiathèque, Angèle Jacq a invité le public à naviguer sur les océans, traverser les continents, arpenter les cités mystérieuses d'hier et d'aujourd'hui et ainsi partager ses contes et son regard sur la vie. Angèle Jacq est une conteuse capable de passer d'une langue à l'autre, du français au breton en alternance comme une évidence en terre bretonne, au pays des contes et légendes. Elle était accompagnée d'une harpiste professionnelle, Anne Postic. Depuis plusieurs années, elle donne des concerts en solo, duo, avec des poètes mais aussi des conteurs comme jeudi soir. Angèle Jacq tient à souligner que ses contes ainsi que les contes en général ne sont pas strictement réservés aux enfants mais aussi aux grands rêveurs que peuvent être les adultes. La conteuse n'est pas souvent présente dans les festivals, elle préfère s'adonner à l'écriture mais passe assez régulièrement conter dans les écoles bretonnes. Ouest-France, 2-3 décembre 2006 Interview d’Anne Postic Lire l’interview Ici Breizh-Harp Mag, Décembre 2006 La "harpe vivante" de la Landernéenne Anne Postic méritait amplement ce CD. Diplômée de l'école de musique traditionnelle de Quimper, la lauréate de Kan Ar Bobl 1999 laisse courir en cet album une virtuosité digne des Dominig Bouchaud, Marianig Larc'hantec et autres maîtres de l'instrument bardique dont elle se réclame. Servie par un enregistrement qui lui rend parfaitement l'ampleur de sa sonorité, la harpe d'Anne Postic explore en près de 50 minutes des thèmes celtiques dont quelques morceaux à danser du pays vannetais rarement exécutés sur des cordes. Mais le talent de la jeune musicienne explose de façon divine, lorsqu'elle embarque l'auditeur comme dans un rêve, par delà les Highlands, Edimbourg, les Hébrides et l'Irlande qu'elle aura visités longuement en quête de rencontres et d'inspiration. Un excellent album solo. Gérard Classe, Sorties - Le Télégramme, 8 novembre 2006 An Delenn Vev Ancienne élève de Mariannig Larc'hanteg et de Dominig Bouchaud, deuxième prix du Trophée Carolan (Dinan), Anne Postic interprète à la harpe une suite de traditionnels bretons, irlandais, écossais. Son jeu fait à la fois de douceur et de fermeté est élégant. Avec ses gavottes intimistes, ses reels vifs, ses hornpipes chaloupés, voici un CD pétillant de jeunesse. Armor Magazine n°441, Octobre 2006 Anne Postic vient de sortir sont tout premier album solo intitulé "An Delenn Vev" - la harpe vivante. Cette jeune harpiste originaire du Finistère a débuté la harpe celtique auprès de Fanch Hascoët, puis de Mariannig Larc'hantec et de Dominig Bouchaud, avant d'explorer les différentes facettes de la harpe celtique auprès de harpistes renommés comme Janet Harbison, Corrina Hewatt, Rudiger Opperman ou Park Stickney... Son album est un très joli patchwork des musiques chères à son coeur : jigs, reels et hornpipes irlandais, un magnifique highland, et une très complexe et très réussie suite de l'Aven, musique très rarement interprétée à la harpe celtique et qui montre toute l'imprégnation orale que nécessite la musique bretonne en général pour être ainsi transposée avec succès sur cet instrument. Toutes ces mélodies et danses sont servies par un jeu très tonique et enlevé, qui nous fait visiter dans un tourbillon de notes un panel très complet des musiques "celtiques" jouées à la harpe. Un premier album très réussi, on n'attend plus que la suite ! Gazette Trimestrielle n°8 de La Corde d'Argent, Octobre 2006 Anne Postic - La Harpe et la manière Lire l’interview Ici Musique Bretonne, Septembre/Octobre 2006 Anne Postic - An Delenn Vev Jeune instrumentiste au parcours déjà riche en découvertes comme en pratique de l'instrument, Anne Postic a découvert la harpe à Douarnenez où ses parents s'installèrent en 1990. De cours en stages, son cursus est validé en 2003 à l'école nationale de Quimper par l'obtention du DEM de musique traditionnelle. A l'écoute de nombreux harpistes celtes et américains, elle ressent un jour le bonheur de comprendre. Commence alors l'intégration à diverses formations, de la chorale à l'ensemble instrumental en passant par le conte et la poésie. Sa curiosité la pousse à découvrir parallèlement le monde classique et contemporain, à s'essayer à la grande harpe puis à celle à cordes métal avant de revenir par le nylon au répertoire le plus traditionnel, celui qui nous est donné d'entendre dans ce premier album. En visitant l'Irlande, l'Ecosse jusqu'aux îles Hébrides, elle happe au passage de quoi se constituer un répertoire qu'elle complétera rentrée au pays par un choix de mélodies bretonnes non dépourvues de difficultés. Elle les aborde habilement, par un phrasé vif et un accompagnement lisible faisant souvent appel à de belles descentes syncopées. On appréciera notamment la suite complète de l'Aven découlant directement du jeu des sonneurs, morceau de bravoure nécessitant en autres aptitudes une forte imprégnation à l'orale tradition, ce qui apprend-on demeure encore parfois un challenge dans le monde pourtant bien vivant de la harpe. Anne Postic est déjà présente dans l'Anthologie de la Harpe Celtique, parue en 2004 chez Coop Breizh. Elle y interprète une pièce du compositeur Pierick Houdy. Présente avec succès dans diverses épreuves, du très trad Kan ar Bobl au plus ouvert concours international Jakez François, la harpiste a vite acquis l'expérience nécessaire à la réalisation d'un album solo. Côté réalisation, un mixage plus inventif et deux ou trois grains de folie auraient sans doute pallié à quelques longueurs et à un manque de chaleur et de moëlleux. Pas de panique. Ca sera sûrement pour la prochaine fois. Dominique Le Guichaoua, Trad Mag, Septembre 2006 Les succès des harpes de Dinan Les multiples facettes de la harpe celtique ont ravi Dinan pendant six jours du mois de juillet pour les 23e Rencontres internationales. Janet Harbison et Myrdhin n'étaient pas encore montés sur scène le samedi que déjà le cru s'affichait excellent, entre têtes d'affiche à la hauteur des attentes du Théâtre et ambiances baroques et métissées au Château et aux Cordeliers. (…) Les têtes d'affiche ont aussi tenu leur promesse. A tout seigneur tout honneur : la légende Myrdhin a fourni un grand moment, ouvrant la voie à un set fabuleux de Janet Harbison. Ces deux-là font le bonheur de tous les festivals de harpe, tout comme Ralph Kleeman et la jeune Anne Postic à la fois énergique, tonique et touchante de simplicité. J. Monfort, Armor Magazine, Septembre 2006 Une harpe bien vivante Rares sont les harpistes qui ont reçu une formation aussi complète que celle d'Anne Postic. L'enseignement à Quimper de Dominig Bouchaud et la fréquentation de quelques grands noms d'Écosse et d'Irlande ont fait d'elle une musicienne reconnue des milieux harpistiques, de Bretagne et d'ailleurs, évoluant avec la même aisance dans le traditionnel comme dans le classique et le contemporain. Pour son premier CD, elle n'a pas opté pour la facilité, puisque c'est un enregistrement solo qu'elle publie. Il n'est en effet pas aisé de pouvoir captiver un auditoire pendant tout un récital. De prime abord, le répertoire qu'elle s'est constitué peut sembler des plus convenus : allers et retours entre les trois grandes terres de la harpe celtique que sont Bretagne, Écosse et Irlande. Mais elle enrichit le genre à sa façon, notamment par son somptueux arrangement d'une Suite de l'Aven, danse rarement "sonnée" à la harpe, restituée ici dans toute sa complexité. On ne pouvait trouver meilleur titre pour ce disque qu'An Delenn Vev, la harpe vivante, tant il est vrai qu'Anne Postic est de celles qui incarnent aujourd'hui de la plus belle façon la vitalité de l'instrument. Armel Morgant, ArMen n°154, Septembre-Octobre 2006 La jeune et talentueuse harpiste Anne Postic était mercredi soir l'invitée du festival "Chapelle en fête". Le public est venu nombreux (120 spectateurs) et il a suivi avec beaucoup d'attention un très beau concert où se sont enchainés divers morceaux de musique traditionnelle dont les arrangements ont été réalisés par la jeune musicienne. Anne Postic a présenté un concert de harpe celtique "La Harpe Vivante" de toute beauté, avec des mélodies et danses de Bretagne dont celles de l'Aven, d'Ecosse et d'Irlande. Alternant les musiques mélancoliques et celles plus gaies des fêtes du terroir, la jeune artiste mellacoise a charmé son auditoire dans le cadre magique de la chapelle Saint-Philibert. Le Télégramme, 13 août 2006 Radio Kerne, 15 juillet 2006: Présentation du CD "An Delenn Vev" (interviews, extraits du CD…) http://www.antourtan.org/radio/kerne/txt/hentou/2006-07-15.html "Il n'est pas si commun, en Bretagne, de recevoir un disque placé sous le signe de la harpe celtique, où ne se fasse entendre que celle-ci, et rien que celle-ci. Rares sont les harpistes, y compris parmi les plus reconnus, à s'y risquer. Aussi rares, sans doute, ceux qui sont à même de captiver leur auditoire, le temps d'un CD, en jouant uniquement en solo. Anne Postic, à l'évidence, fait partie de cette catégorie d'interprètes, et c'est donc l'option qu'elle a retenue pour son premier enregistrement. On la sait tout autant à l'aise dans le répertoire traditionnel que dans les répertoires classique et contemporain, comme avaient pu s'en rendre compte les auditeurs du premier concours Jakez François de 2004, dont la première place ne lui avait été soufflée que de très peu par une très professionnelle Ecossaise. Si, à première vue, An Delenn Vev nous propose un parcours musical des plus traditionnels, fait d'allers et retours entre le continent et les îles, celui-ci n'est cependant pas sans surprises. Au premier rang de celles-ci figure, véritable morceau de bravoure, une Suite de l'Aven de près de dix minutes qui doit bien être la première suite de danses traditionnelle jouée de façon aussi complète à la harpe, pièce d'autant plus intéressante que les danses de cette région ne sont que rarement, voire jamais reprises sur l'instrument. Ce CD était très attendu par ceux qui avaient déjà entendu Anne Postic. Pour les autres, il sera à coup sûr la plus heureuse des révélations." Armel Morgant, Musique Bretonne n°197, Juillet/Août 2006 "Cela fait seize ans aujourd'hui qu'elle pose chaque jour ses doigts sur cet instrument magique, et cela sans jamais se lasser ni voir sa passion s'étioler. Parallèlement, elle a poursuivi des études d'anglais jusqu'à la maîtrise, études qu'elle va reprendre après une année sabbatique consacrée à l'élaboration de ce premier CD et à la mise en route de tournées de concerts. (...) Sur cet album, elle propose des compositions inspirées d'airs traditionnels qu'elle a arrangés, auxquels, elle a apporté des ornementations personnelles, histoire de se les approprier. "Que cela devienne un style propre à la harpe celtique jouée en solo." Le Progrès de Cornouaille, 21 juillet 2006 "La virtuose a donné un bel aperçu de sa passion pour l'instrument, montrant ainsi, que loin d'une image romantique trop largement répandue, la harpe est un instrument à part entière qui (...) peut aussi, tout simplement, donner le rythme..." Le Télégramme, 13 juillet 2006 "La harpe celtique, l'avez-vous jamais entendue ? Entre gavottes et mélodies romantiques, Anne Postic nous propose un univers musical qui allie tradition et modernité. Après une année de préparation, son premier disque, An Delenn Vev, vient de sortir dans les bacs. (...) La jeune Mellacoise de 22 ans a arrangé des morceaux de musique traditionnelle bretonne, écossaise et irlandaise afin de remettre la harpe au goût du jour. Faire évoluer l'image de la harpe, telle est l'ambition de la lauréate du second prix du Concours international de harpe qui s'est déroulé en mai 2004, à Nantes. "Mon objectif est de sortir des clichés d'un instrument angélique et romantique, de rajeunir l'image de la harpe, de la rendre plus dynamique", explique la harpiste. Car la musique que propose Anne est mélodieuse et dansante. Un public éclectique a déjà été conquis lors de ses précédentes prestations en Bretagne, en Angleterre, en Ecosse et en Suisse lors de deux festivals internationaux de harpe." Ouest-France, 4 juillet 2006 "La musicienne (...) signe son premier CD, "An Delenn Vev" (la harpe vivante). 12 titres plein de fraîcheur, un beau travail d'application pour Anne, qui s'était octroyé une année sabbatique pour mener à bien ce chantier. L'an passé, elle a réussi sa maîtrise d'anglais, ce disque sonne donc comme une nouvelle maîtrise, celle d'une harpiste pleine de promesses. (...) "Ma musique se nourrit en fait de mes origines. Je suis née en terre léonarde, d'une mère vannetaise et d'un père cornouaillais, Melenig plus précisément." Anne suit ensuite ses parents à Commana, dans les monts d'Arrée, puis à Douarnenez avant l'atterrissage de la famille à Mellac. (...) Anne vole donc désormais de ses propres ailes, s'appuyant sur ce CD où elle revisite à sa façon le répertoire breton, faisant vibrer ses cordes délicates "enchanteresses, pétillantes, pleines de vie", selon les mots d'Angèle Jacq. (...) Un travail envoûtant, des arrangements malicieux qui placent Anne Postic déjà bien haut dans la nouvelle vague des jeunes créateurs bretons. Il est urgent de la découvrir avant que la belle ne s'envole sous d'autres cieux." Ouest-France, 30 juin 2006 "La Harpe Vivante", tout premier CD de la harpiste Anne Postic va très bientôt rejoindre les bacs des disquaires. Cet enregistrement devrait enchanter les amateurs de harpe celtique et élargir le cercle de ses auditeurs. (…) Outre le fait d'enchanter l'oreille de son auditeur, Anne Postic exprime à travers sa musique sa volonté de "dépoussiérer l'image de la harpe celtique, encore victime de clichés. Loin des idées romantiques, j'entends bien montrer ici le dynamisme de cet instrument (…)." Le Télégramme, 17 juin 2006 "Née en terre léonarde il y a 22 ans, de mère vannetaise et père cornouaillais à Commana au pied du Menez ARE, Anne les suit à Douarnenez en 1990. Là, elle croise la harpe celtique et tilt ! Aussitôt, l'osmose se fait avec l'instrument et la musique qui va avec. Cette musique qu'elle porte en elle, s'exhale au gré de sa telenn. Une goutte d'Ar Mor, une pincée d'Ar C'hoad, une goulée d'Irlande, un souffle d'Ecosse, une coulée de Galles : elle en fait son miel. Elle rencontre, elle échange, elle écoute, elle adopte, elle adapte et la harpe chante sous ses doigts… An Delenn Vev Didañ bizied lijer Anne Postic, Archantourez kalon an dud, O zrivliañ kerdin kizidik an delenn… Bamus, draskus, birvidik, Laride, gavotenn, sonenn flour romantel. En 'ur brujunenn komzioù gwelloc'h evit en kant : Arzh buhez pinvidik pobloù Kozh-Noe Met, atav, arzh nevez digor ha bev O tañsal ! An notennoù a red e-gist ma red an dour, Froud ene ar bed Keltiek O vont 'hed stêrioù sperius ar musik. Pourmen a reont enomp Dreist vor ha douaroù, eus un eil Bro d'eben, Anavezet pa da zijoleiñ. Met atav, ur wir blijadur spered da selaou. La harpe Vivante Sous les doigts légers d'Anne Postic, magicienne des cœurs, Vibrent les cordes délicates de la harpe. Enchanteresses, pétillantes, pleines de vie, Laridés, gavottes, douces mélodies romantiques. En quelques mots bien plus qu'en cent : Riche art de vivre de vieux peuples mais art toujours neuf, ouvert et vivant qui danse ! Les notes coulent comme coule l'eau, Cascade de l'âme du monde celtique Au fil de nos rivières de musiques fertiles. Elles nous promènent Au-delà des mers, au-delà des terres, d'une Contrée à l'autre, Connue ou inconnue, Mais toujours, un vrai bonheur à savourer." Angèle Jacq http://www.agencebretagnepresse.com/fetch.php?id=4001 Agence Bretagne Presse, 12 juin 2006 "A 22 ans, Anne Postic est une virtuose de la harpe celtique. (…) C'est avec une étonnante dextérité qu'elle trouve l'accord juste, caresse ou pince les cordes selon que la musique soit triste ou joyeuse. (…) Un programme unanimement apprécié du public." Ouest-France, 11 mai 2006 "Anne Postic a envoûté le public avec sa harpe celtique. Seule sur scène, la musicienne a charmé le public." Le Télégramme, 10 mai 2006 "L'environnement enchanteur de la chapelle et son acoustique, si prisée des musiciens et mélomanes, imposent déjà respect et bien-être. Quand à cela viennent s'ajouter la douce sonorité de la harpe et le talent d'une artiste, toutes les bases d'un concert de qualité sont d'ores et déjà posées. (…) Le répertoire, enjoué et dynamique, a fait autant vibrer les cordes de l'instrument que la sensibilité du public. Chaque note, impeccablement pincée, est comme un cadeau à partager, une invitation à la découverte de la musique traditionnelle des différents pays celtiques. De Bretagne, d'Ecosse ou d'Irlande, chaque morceau nous raconte une histoire et nous emporte un peu plus loin, au-delà des mers et des rêves." Le Télégramme, 14 juillet 2005 "La chapelle Saint-Julien de la Roche Foulques à Soucelles a accueilli, dans son cadre enchanteur, Anne Postic et sa harpe celtique. (…) L'artiste a émerveillé les enfants de l'école publique Emile-Joulain vendredi après-midi et samedi matin en leur faisant découvrir les particularités de cet instrument et entendre à cette occasion quelques morceaux (…). Les adultes sont aussi tombés sous le charme de cette musique comme en ont témoigné les nombreux rappels du public." Le Courrier de l'Ouest, 28 octobre 2004 "Anne Postic (…) invite à découvrir les doux sons de sa harpe celtique, qu'elle maîtrise à la perfection. Anne aime faire partager sa passion. Une façon pour elle de faire de sa mélodie un pont entre elle et son public. (…) A la fin des années quatre-vingt-dix, son lot quotidien se résume à des premiers prix. La harpe n'a presque plus aucun secret pour elle. (…) La musique est sa vie. (…) Les Anglo-saxons lui ont donné envie de se lancer dans la musique celtique. A coup de notes, sa harpe nous enchante. Aujourd'hui son plaisir c'est la scène. Elle passe son temps entre stages et concerts de musique bretonne et celtique." Le Télégramme, 14 août 2004 "La harpe cristalline d'Anne Postic entre gavotte de l'Aven ou cantates, quelques morceaux choisis d'Ecosse, d'Irlande. (…) Modeste, Anne explique qu'elle n'ose pas aborder le panel musical gallois devant la chorale… au rappel, elle le fera superbement comme sait le faire cette artiste sensible." Le Télégramme, 9 mai 2003 "A noter également la première partie d'Anne Postic, jeune harpiste talentueuse qui n'a pas à rougir de son talent. (…) Avec douze années de pratique, la jeune femme a touché les spectateurs par sa musique." Ouest-France, 15 janvier 2003 "La harpiste Anne Postic a séduit son auditoire La jeunesse enchante toujours, mais doublée de talent, le vrai bonheur pour Anne Postic se joue à la harpe. Il était 9h samedi soir et dans la chapelle de Sainte-Cécile, la lumière éclairait les murs chaulés, le public en cercle autour de l'artiste suspendu à la mélodie, un oiseau apeuré voletait sous la charpente de bois brut, nef retournée qui recueillait les notes cristallines et les laissait retomber en bruines invisibles. Et voguent les rêves vers la Celtie sur les cordes de la harpe : deux mélodies écossaises écrites pour le théâtre, sensibles et nostalgiques puis un morceau moderne de création récente de Dominig Bouchaud. Notes grattées, nerveuses et rapides : il y avait comme du Bartok sous ces effets-là ! Mais il n'est point de vie sans tragédie : elle fut écossaise puis irlandaise mais l'insouciance des gigues ou des ridées bien de chez nous ne furent jamais loin, légères et fugueuses. Mais nous étions dans une chapelle bretonne, aussi pour clore, Anne ravit son monde avec deux cantiques, airs connus auxquels elle broda des arpèges lumineux. 17 ans et déjà tant de talents !" Le Télégramme, 5 septembre 2001 "Une douceur et une grâce dans la mélodie qui emporte l'auditoire pour un harmonieux voyage à travers les pays celtiques : l'Ecosse, le Pays de Galles, l'Irlande. Les doigts d'Anne Postic courent le long de la harpe au plus grand plaisir du public qui remplit la petite chapelle. Instant d'apaisement et de dépaysement qui a séduit les auditeurs, sous le charme." Ouest-France, 5 septembre 2001 "Anne Postic a donné samedi soir un remarquable aperçu de sa maîtrise et de se passion de la harpe celtique." Ouest-France, 20 novembre 2000 "Anne Postic (…) a accompli un véritable exploit en interprétant des compositions variées de musique traditionnelle et contemporaine. Le public est venu nombreux pour écouter les mélodies galloises, bretonnes et irlandaises jouées par la virtuose dont on dit qu'elle progresse à une vitesse incroyable." Ouest-France, 30 octobre 2000 "Devant une salle archi-comble, Anne Postic a présenté un concert très varié dont les airs ont été puisés dans les répertoires écossais, gallois, irlandais et bretons. Une bonne maîtrise de l'instrument, un choix très éclectique des morceaux où suite de reels alternaient avec les mélodies, les airs contemporains et même certaines œuvres du XVIIIe siècle. Un très bon concert suivi par un public conquis." Le Télégramme, 24 octobre 2000 "Anne Postic (…) a enchanté à la harpe le public qui a effectué plusieurs rappels. Un bel avenir musical lui est promis." Ouest-France, 24 juin 1999 "C'est ensuite au tour de la jeune harpiste Anne Postic de prendre possession des lieux pour une remarquable prestation à la harpe celtique. Les doigts courent et virevoltent avec beaucoup de dextérité sur la harpe qui produit alors ses sons hamonieux et reposants : une invitation au voyage, dans les pays celtes qui n'a pas échappé au public." Le Télégramme, 21 juin 1999 Autres extraits de presse : Le spectacle "An Delenn Vev" An Delenn Vev réhabilite la harpe http://www.ouest-france.fr/dossiers/cornouaille2003_detail.asp?IdArt=83734&IdThe=&IdCla=4327&NomCla=Jeudi+24+juillet&PageCour=1&PageTot=1 La harpe s'adapte à la musique bretonne http://www.festival-cornouaille.com/2003/direct/2003-07-22/11/article.asp La surprise des sœurs Postic http://www.festival-cornouaille.com/2003/direct/2003-07-23/10/article.asp Le groupe Blether (Cédric Lucas, accordéon, Bruno Rivoal, percussions, Marie Postic, violoncelle, Anne Postic, harpe celtique) remporte le Trophée An Tour Tan 2005. Vidéo du trophée (Ecouter le groupe Blether : 1:21:00) http://real.antourtan.org:8080/ramgen/fc/2005/direct/2005-07-22/videos/trophee.smi Sach Fun, duo de harpes celtiques (Louis Salkin et Anne Postic) "La soirée a commencé par les talentueux musiciens bretons, anciens élèves de Dominig Bouchaud. Anne Postic et Louis Salkin ont fait vibrer à nouveau les cordes de la harpe celtique. Ce concert très intimiste a ravi un public très attentif ; la pluie n'a pas gâché la plaisir. Dans un souci de perfection, Anne a présenté les instruments. Fidèle au festival, huit jeunes harpistes alsaciens ont participé au stage animé par Anne Postic." Voix du Jura, 9 juillet 2003 Concert de Dominig Bouchaud, Louis Salkin et Anne Postic Dominig Bouchaud, prophète en son pays ! (Lundi 22/07) http://www.festival-cornouaille.com/2002/direct_fr.asp Carmina Burana Le Carmina Burana revisité par Bernard Kalonn : un travail d'orfèvre pour un public en or... http://www.antourtan.org/actualite/2006-03/articles/02/article.asp Lirzhin L'Ensemble Lirzhin a sorti son second album : "La légende de la ville d'Ys", un tableau de maître http://www.antourtan.org/actu/lirzhin-ys.asp Création à la cathédrale : les légendes ressuscitées (Samedi 17/07) http://www.festival-cornouaille.com/2004/direct_fr.asp Oratorio "Pinijenn ar Roue Gralon" Création à la cathédrale : les légendes ressuscitées (Samedi 17/07) Création à la cathédrale : la vidéo intégrale (Mardi 20/07) http://www.festival-cornouaille.com/2004/direct_fr.asp
[./livre_d_orpag.html]
[./contactpag.html]
[mailto:ludovic.reungoat@yahoo.fr]
Réalisation : Ludovic Reungoat
[./lienspag.html]
[./presse_enpag.html]
[Web Creator] [LMSOFT]